« Le peuple vient d’élire un assassin, un fuyard et un accapareur pour être la tête de l’Etat. »

La Rédaction
By La Rédaction mai 31, 2020 11:27

« Le peuple vient d’élire un assassin, un fuyard et un accapareur pour être la tête de l’Etat. »

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Voilà où nous en sommes : le peuple a été conduit comme un troupeau pour aller voter bêtement une
suite des lois et une vague des candidats sous-prétexte qu’on lui proposera quelques centimes
éphémères.


Voilà où nous en sommes : le peuple s’est rendu aveugle lui-même ; il accuse Mr Azali Assoumani
d’être dictateur. Selon ma conviction, c’est le peuple qui est à l’origine de cette dictature, donc il est
aussi dictateur de ses propres souffrances.

Ce soi-disant dictateur a été d’abord un assassin (poser le
corps sans âme d’un indigène révolutionnaire sur un capot d’une voiture pour faire le tour du monde),
un fuyard (se cacher à l’ambassade de France) pendant que les révolutionnaires du pays se combattent pour la liberté du peuple, un voleur au sens d’accapareur (faire un coup d’état). Il méritait la prison,
mais comme le peuple sombre dans l’obscurité rien n’a été poursuivi.


Voilà où nous en sommes : l’ancien assassin et accapareur a été permis de déposer une candidature
pour gouverner le pays pendant quatre ans. C’est à partir de cette période que le peuple affichait
ouvertement son état bestial duquel s’est profité ce soi-disant dictateur. Voilà le peuple vient d’élire
un assassin, un fuyard et un accapareur pour être la tête de l’Etat.


Voilà où nous en sommes : Après des regrets et des souffrances, des lamentations pour avoir élire ce
Chef d’Etat, le peuple le huer le jour qu’il allait laisser la suite à l’ex-président A. Sambi.


Voilà où nous en sommes : le fameux assassin, accapareur, voleur, fuyard d’Etat a été de retour en
2016 : affamé, naïf, le même peuple l’a encore élu. Aussi intelligent et malin qu’il soit, il a réorganisé
le pays et la constitution à sa guise. Le peuple commence à crier détresse partout. A mon avis ce chef
d’Etat a bien fait, car c’est le peuple qui en est responsable. Et pour assurer sa sécurité, il favorise
l’armée et ceux qui lui font la manche au détriment des autres constitutions et du peuple.


Voilà où nous en sommes : des résidences surveillées, des tortures, des morts, l’insécurité règne au
pays, même si des uns ne partagent pas cela sous-prétexte qu’ils gagnent leurs pains ou peut-être ils
sont aveugles.


Voilà où va le pays : des opposants, des citoyens refont des manifestations pour but de destituer le président ou le redresser. Mais ceux-là sont les pires de tous. Ils veulent combattre sans être dans l’arène. Ils veulent être en France, en Angleterre, en Afrique ou je ne sais pas où pour destituer un voleur, un accapareur ou un assassin qui est sur le ring (au pays).


Pensez-vous qu’il faut de la langue pour combattre contre des armes ? Qu’est-ce que vous attendez
par former une milice dans le but de sauver le pays ? Ou quand A. Sambi allait sauver l’Ile d’Anjouan
sous la dictature de M. Bacar avait fait seulement recours à la salive ? Où est l’armée qu’il avait faite
dépêcher pour aller sauver l’île ?


Voilà où nous en sommes : on restera toujours avec ce théâtre tragique aussi longtemps qu’on ne
changera pas la vision qui fait des-nous des aveugles.


© étudiant Comorien !

La Rédaction
By La Rédaction mai 31, 2020 11:27
Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

<